• Le SNUipp 89 à l’Université d’automne 2015

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • « LA TRANSFORMATION DE L’ECOLE » est un des piliers sur lesquels s’est construit le SNUipp. La question pédagogique constitue le métier et fait partie de l’action syndicale. La pensée du métier nourrit le syndical.

    De plus en plus, l’institution contrôle, valide, met aux normes, place les enseignants dans une posture d’exécutant.

    Investir le pédagogique pour un syndicat, ne consiste ni à pallier les insuffisances de l’institution ni à organiser une quelconque « formation » qui remplacerait l’inexistant.

    Investir le pédagogique, c’est se positionner autrement. C’est créer du collectif, de la pensée, de la controverse qui sont la nature même du syndicat et de notre métier.

    Transformer l’école, c’est savoir dire non à l’institution quand on n’est pas d’accord, c’est être acteur de sa pédagogie, c’est penser le métier collectivement. En confrontant les points de vue. En théorisant difficultés et questionnements avec l’appui de la recherche, afin de prendre du recul et de comprendre ce que l’on fait. En cherchant ensemble quelle école nous voulons.

    La Commission Pédagogique du SNUipp 89 tentera d’être au plus près de la profession, afin d’en appréhender les préoccupations et de faire des choix judicieux.

    Elle doit avoir une véritable dimension syndicale. Les initiatives que nous prendrons s’inscriront dans une problématique ouverte qui s’articulera entre nos convictions et nos incertitudes. La Commission pédagogique du SNUipp n’aura d’intérêt que si elle suscite une pensée collective et vivante.

    Vous pouvez d’ores et déjà laisser en commentaire ou envoyer à la commission les questions professionnelles qui vous intéressent, les thèmes qui vous tiennent à coeur.

     

    Premier thème travaillé en octobre: les relations école-famille

    En novembre, un dossier sur l'Université d'Automne 2015 du SNUipp.

    Thème de décembre: un dossier consacré à la formation.

    En avril, le travail en équipe est étudié.


    votre commentaire
  •  «Quatre principes pour repenser le rapport entre familles et école»

     

      Sociologue, professeur en Sciences de l’éducation à l’université de Haute-Bretagne, Pierre PERIER est membre du Centre de Recherche sur l’Education les Apprentissages et la Didactique (CREAD).

     

    Quelles sont les normes et les attentes de l’école ?

     P. P. Le rapport entre l’école et les familles ne se résume pas à une simple communication et à des échanges. On a affaire à de véritables institutions : l’institution scolaire et l’institution familiale. Mais l’école attend implicitement un modèle de parents : le « bon parent d’élève » suit la scolarité de son enfant et l’aide dans ses devoirs, il s’informe, participe aux réunions ou mieux encore, prend l’initiative de rencontres avec les enseignants. Cette norme de comportement attendue soustend une bonne connaissance de l’école et si les familles dites populaires la perçoivent, elles ne savent ni ne peuvent toujours y répondre.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Selon Thierry, les choses se passent plutôt bien et il ne ressent pas de réelles difficultés dans le lien avec les parents. Il a donc regardé comment il procédait et a décrit différents moments et une organisation qui lui paraissent permettre ce ressenti.

     

    Le choix a été fait dans l’école (il y a souvent une autre classe qui accueille des CP mais l’an passé il y avait 2 classes CP/CE1 en parallèle) d’organiser la réunion avec les parents le jour de la pré-rentrée. Dans l’idée de répondre au plus vite aux interrogations des parents. De ne pas les laisser avec leurs questions.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • En quoi pour toi c’est difficile (ou non) de construire une relation satisfaisante avec les parents d’élèves?

     On va commencer par le plus facile: c’est facile avec les parents qui ont une attente vis à vis de l’école, qui ont un projet pour leur enfant, qui ont un bon souvenir de l’école, ou une bonne image des enseignants, et à l’inverse, c’est difficile avec les parents qui ont un souci avec l’école, à juste titre ou simplement sur les impressions qu’ils gardent et c’est difficile parce qu’il y a des familles pour qui l’école n’est pas un interlocuteur fiable ou un interlocuteur qui les met en confiance. On aimerait en voir plus.

    Lire la suite...


    votre commentaire